Selon le gouvernement, les parents devraient obtempĂ©rer en silence et en toute ignorance, sous prĂ©texte que 3 associations militantes s’appuyant sur des statistiques ont attaquĂ© l’État au 1er Mars 2023 pour non respect de la tenue des sĂ©ances d’Éducation Ă  la Vie Affective, Relationnelle et Sexuelle allouĂ©es par la loi française de 2001 du Code de l’Éducation (Loi N°2001-588 du 4 juillet 2001- Art. L. 312-16). Il est intĂ©ressant de remarquer que pourtant ce sujet Ă©tait devenu officiellement grande prioritĂ© nationale pour le ministre en charge de l’Éducation Nationale depuis la rentrĂ©e prĂ©cĂ©dente.

Des sĂ©ances, sous divers noms/appellation, sont donc aujourd’hui dispensĂ©es dans les Ă©tablissements scolaires [sans savoir vraiment depuis quand] alors qu’aucun programme n’a Ă©tĂ© Ă©tabli, basĂ©es sur de « simples » objectifs de cycle et d’Ă©ventuels supports pĂ©dagogiques au contenu « libĂ©ré » dĂ©concertant. En mars 2024, un projet de programme voit le jour aprĂšs une saisine participative en ligne Ă  l’ automne 2023 Ă  la faveur des enfants Ă  partir de 6 ans et des professionnels.

L’avis des parents n’est semble-t-il pas nĂ©cessaire ?!

Ces séances peuvent prendre différentes formes :

Études de documents, lectures, spectacles, lors du rendez-vous « dĂ©pistage » avec une infirmiĂšre etc 


Se cacher derriĂšre des programmes dont aucun contenu n’est accessible aux parents, comme le document ci-joint le montre entre autres ( EMC, SVT
 ) :

đŸ€” Comment des sujets aussi personnels et intimes que la vie affective et la sexualitĂ© peuvent-ils ĂȘtre abordĂ©s dans le cadre de la scolaritĂ© sous forme de programme Ă  titre Ă©ducatif ?

đŸ€” Pourquoi l’autoritĂ© parentale est-elle mise sur la touche ?

 

đŸ€” Pourquoi cette volontĂ© de co-Ă©duquer nos enfants au consentement sans mĂȘme faire valoir le nĂŽtre, ni celui de nos jeunes enfants et ados, qui ne sont pas encore en capacitĂ© de consentir ou non ?

NON NON et NON !

👇 POURQUOI ?

📍 Parce que l’Organisation Mondiale de la SantĂ© (OMS), organisme financĂ© petit Ă  petit par 80 % de fonds privĂ©s, tente de s’imposer devant les États nations du monde, qui, unis dans cette perspective, valident le fait qu’un « enfant est sexualisĂ© dĂšs la naissance » (p. 36 / Standards de l’Ă©ducation Ă  la sexualitĂ© pour l’Europe – 2013). En d’autres termes, un programme mondial afin de SEXUALISER les ENFANTS, et ce, dĂšs le plus jeune Ăąge.

Ce ne sont que de « simples » recommandations, non contraignantes, c’est Ă  dire sans valeur juridique, qui sont soumis aux Codes Civil et PĂ©nal, aux Blocs Conventionnel et Constitutionnel.

 

📍 Parce que l’Organisation des Nations Unies (ONU), dans une Ă©dition revisitĂ©e en 2018 (originale 2009), n’a aucun scrupule Ă  annoncer que l’Éducation COMPLÈTE Ă  la SexualitĂ© « vise Ă  doter les enfants et les jeunes, de connaissances […] qui leur donneront les moyens de s’Ă©panouir […], de dĂ©velopper des relations sociales et SEXUELLES RESPECTUEUSES ». (Principes directeurs internationaux sur l’Ă©ducation Ă  la sexualitĂ© des Nations Unies, p. 16)

📍 Parce que l’ONU aurait Ă©tudiĂ© le comportement sexuel pour les 5-8 ans, annonçant que les « élĂšves pourront expliquer que l’on peut manifester son amour et son affection […] en embrassant, Ă©treignant, touchant et parfois en ayant des COMPORTEMENTS SEXUELS ». (p. 83)

đŸ€” N’avez-vous pas remarquĂ© autour de vous que de en plus d’enfants se posent des questions qui Ă©taient exceptionnelles auparavant ?

Par ex : « Suis-je une fille ou un garçon ? » đŸ€”

👉 Les intervenants de ces sĂ©ances font Ă©galement la promotion de la thĂ©orie du genre via des associations militantes, tel que le planning familial, dĂ©noncĂ© rĂ©cemment par une centaine d’intellectuels et de mĂ©decins, comme un refuge de militants transactivistes, se parant de l’idĂ©ologie woke, un dogme antiscientifique, quasi-sectaire, pour « éduquer » les enfants de la maternelle au lycĂ©e. (Tribune parue dans le journal « le Point », le 16 avril 2023)

đŸ€” Les adultes bien-pensants dĂ©sirent apprendre les mots d’adultes aux enfants pour parler de sexe, leur apprendre Ă  parler « convenablement » de sexualitĂ©…

                                                     👉 Comment ferons-nous alors pour repĂ©rer les enfants victimes d’agressions ou d’effractions sexuelles si les adultes encadrants leurs apprennent les mots pour parler de SEXE dĂšs leur plus jeune Ăąge ? 🧐 Nous n’y verrons plus que du feu.

👉 Aussi, s’il n’y a plus de tabou (sain), il n’y a plus de transgression…

👉 Que diriez-vous si votre employeur vous imposait des sĂ©ances collectives parlant de sexualitĂ© et de votre intimitĂ© avec vos collĂšgues de travail ?
Sous couvert de lutte contre le harcĂšlement en entreprise par exemple…

đŸ€” Qu’attendons-nous donc pour imposer notre autoritĂ© parentale afin de protĂ©ger nos enfants de ce projet insidieusement malsain dĂ©guisĂ© de bonnes intentions ?

🚹 🚹🚹 Le rĂ©seau national des collectifs apartisans des PEC (Parents en ColĂšre) vous invite sĂ©rieusement Ă  vous intĂ©resser au contenu de ces « standards », mais vraiment. Ne vous contentez pas de lire quelques articles qui dĂ©mentent les dires des enfants, l’inquiĂ©tude des parents, ne parlent que d’intĂ©gristes, d’extrĂȘme droite, de complotistes et maintenant d’homophobes ou mĂȘme de transphobes. Un peu de discernement s’impose, cessons de tomber dans le piĂšge de la propagande mĂ©diatique de ces mĂȘmes organisations !

👉 Chaque parent et citoyen doit s’informer et se positionner avec dĂ©termination.

👉 Chaque association et professionnel doit se positionner Ă©galement en faisant valoir leur connaissance spĂ©cifique de la santĂ© et du dĂ©veloppement infantile.

👉 Tout enseignant et responsable d’établissement, comme certains le font dĂ©jĂ  et l’ont toujours fait, peuvent et doivent ne pas obĂ©ir aux directives sur l’Éducation Ă  la Vie Affective, Relationnelle et Sexuelle. Ces sĂ©ances Ă©taient jusqu’ici quasiment non appliquĂ©es sur le territoire, probablement naturellement considĂ©rĂ©es comme non-adaptĂ©es, pourtant nous voici aujourd’hui devant une flambĂ©e importante de celles-ci. Au contraire, certains prennent dĂ©sormais leur aise Ă  utiliser des supports complĂštement inadaptĂ©s.

👉 Chaque individu doit comprendre l’ampleur et les enjeux de ce projet mondial et se positionner afin de l’abolir ENSEMBLE.

🚹🚹🚹 L’Éducation Nationale, les enseignants ou toute autre personne menant ou participant Ă  ces sĂ©ances n’ont pas Ă  s’immiscer dans l’intimitĂ© des enfants, encore moins Ă  leur divulguer (Ă  les Ă©duquer Ă ) des pratiques « adultes », et de surcroĂźt, de maniĂšre collective, Ă  la chaĂźne, comme du bĂ©tail, tout en bafouant les valeurs autant morales que philosophiques et/ou religieuses des familles. Tout ceci est d’une violence psychologique inouĂŻe.

😏 OĂč est le respect d’autrui que promulguent ces textes ?

😏 Qu’en est-il du dĂ©veloppement psychique des enfants en leur parlant de masturbation, de changement de sexe, dĂšs le plus jeune Ăąge ? (entre-autres)

đŸ€” Est-ce protĂ©ger les enfants et tous les mineurs que de les initier au plaisir ? Que leur faire croire qu’ils ne se sentent pas bien dans leur corps parce qu’ils seraient nĂ©s dans le mauvais ?

📍 Ces sĂ©ances ne sont pas du tout adaptĂ©es au monde de l’enfance, sont psychologiquement (basiquement) dĂ©structurantes et sont ILLÉGALES. Cette ÉDUCATION COMPLÈTE Ă  la SexualitĂ© est intrusive et va Ă  l’encontre :

👉 du Code Civil en terme d’autoritĂ© parentale (Art. 371-1) ;

👉 du Code PĂ©nal notamment par la diffusion de contenus pornographiques et une atteinte Ă  la moralitĂ© des mineurs ;

👉 de la Convention EuropĂ©enne des Droits de l’Homme : « On ne doit pas exalter la sexualitĂ© chez les enfants ; il ne faut pas atteindre leur Ă©quilibre physique et psychique ; l’État n’a absolument pas le droit d’endoctriner les enfants ». (La jurisprudence -1976)

👉 va Ă  l’encontre du Droit Ă  la Vie privĂ©e, la sexualitĂ© relevant de la Vie PrivĂ©e et Familiale (ne fait pas partie du Droit de la SantĂ©)

🚹🚹🚹 La loi actuelle, suivie de ses deux circulaires de 2018 et 2022, enfreignent les normes supĂ©rieures et sont une atteinte Ă  la dignitĂ© humaine et au caractĂšre inviolable et sacrĂ© du corps humain.

🚹🚹🚹 Ces organisations mondiales savent aussi comment obtenir le consentement des parents, en dĂ©tournant leur regard par la confiance complĂšte qu’ils accordent Ă  l’Ă©cole et ainsi, laissent place Ă  la SEXUALISATION des enfants se faire sous leurs yeux, pensant que c’est pour les protĂ©ger des violences sexuelles et sexistes.

👉 En France : le site en ligne ON SEXPRIME , accessible librement dans tous les CDI de France, donc dùs la 6ù, donc dùs 10 ans :

🛑 « Qui ne dit rien consent », c’est aussi simple que ça…

Alors, DITES NON !

Et si vous ĂȘtes enclin Ă  laisser faire, nous sommes tous plus ou moins sujet Ă  ne pas voir forcĂ©ment le mal dans ces sĂ©ances d’Éducation Ă  la Vie Affective Relationnelle et Sexuelle, pour diverses raisons, croyances ou convictions ou tout simplement parce que l’on a confiance, aussi parce que l’emballage est tellement beau, on ne voit pas forcĂ©ment la partie immergĂ©e de l’iceberg…

Ainsi, afin de toujours avoir comme référence deux questions initiales et sans compromis aucun, commencez à vous poser deux questions afin de pouvoir estimer si cela est bon pour votre enfant :

👉 Ces sĂ©ances entrent-elles dans l’intimitĂ© de mon enfant ?

👉 Ces sĂ©ances sont-elles de l’ordre de sa vie privĂ©e ?

Posez-vous ces deux questions avant de cautionner ou accepter ces séances pour votre enfant.

Partagez l’information autour de vous, retrouvez nos flyers « EVARS Dites NON » en cliquant sur le lien :

🚹 APPEL AUX DONS concernant les actions liĂ©es à L’ÉDUCATION À LA SEXUALITÉ.

Une cagnotte spĂ©cialement dĂ©diĂ©e aux actions juridiques des collectifs et des parents requĂ©rants qui permettra d’aider concrĂštement :

– Les parents courageux qui nous contactent, Ă  aller au bout de leurs dĂ©marches (plaintes, huissier, avocat, psy..)

– Les formalitĂ©s des collectifs Parents En ColĂšre et de l’Union Fait La Force 88 (mises en demeure, signalements au procureur et courriers A/R
).

Les gains et dépenses seront publiés réguliÚrement.

Vous souhaitez agir en nous soutenant par votre contribution ?
Cliquez sur lien !

👇Sources :

Loi 2001, Art. L. 312-16., version initiale :

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/article_jo/JORFARTI000001718526#:~:text=%C2%AB%20Art.,par%20groupes%20d’%C3%A2ge%20homog%C3%A8ne

Infographie Eduscol EAS :

https://digipad.app/p/308283/2f5035985e6cd
https://prebenit-isere.ent.auvergnerhonealpes.fr/parcours/parcours-citoyen/education-a-la-sexualite-3307348.htm

Standards de l’OMS :

https://www.sante-sexuelle.ch/assets/docs/Standards-OMS_fr.pdf

Principes directeurs internationaux sur l’éducation Ă  la sexualité :

https://www.unfpa.org/sites/default/files/pub-pdf/266214fre.pdf

Site OnSEXprime, les différentes positions sexuelles expliquées aux enfants :

https://www.onsexprime.fr/la-sexualite/le-sexe-comment-on-fait/pratiques-sexuelles-positions-comment-on-fait


. et mĂȘme la sodomie :

https://crowdbunker.com/v/sq1t6oXgJY